Il y a un an, nous étions en pleine préparation de notre traversée de l’Atlantique. Un moment où se mélangent beaucoup d’émotions : excitation, stress, peur, curiosité … Nous avions choisi le port de Santa Cruz de Tenerife aux Canaries comme dernière escale technique avant le départ. Un choix que l’on ne regrette pas ! Une ambiance pré-grand voyage y règne et l’effervescence du départ est palpable sur les pontons. Nous y avons fait des rencontres merveilleuses, gravées à jamais dans nos mémoires.

J’ai beaucoup lu et demandé conseils autours de moi avant ce départ. A mon tour de te donner mes meilleurs conseils ! A chacun bien entendu d’adapter son départ en fonction de son bateau, de son niveau, de ses équipiers etc.

Le conseil le plus général que je puisse te donner est le suivant : ne pas hésiter à modifier l’organisation du bateau si nécessaire.Nous vivons à l’année dans le bateau et ce dernier est plutôt exploité en mode “maison”. Nous avons modifié beaucoup de choses temporairement pour pouvoir traverser dans les meilleures conditions. Mon placard de vêtement par exemple, s’est transformé en garde-manger et mes vêtements ont atterris dans des sacs sous vides au fond d’un coffre, le carré s’est transformé en chambre pour le quatrième équipier (fabrication d’un lit et d’un grand rideau), ainsi tout le monde avait son espace personnel ou encore : le bazar dans les marches de la descente a été remplacé par la pharmacie de bord.

Voyons maintenant un peu plus en détail cette préparation !

Avitaillement

L’avitaillement doit être préparé avec beaucoup d’attention. La nourriture contribue vraiment au bien être de l’équipage. Cela occupe, c’est un moment de partage qu’il ne faut pas le laisser au hasard ! Le premier conseil que je donnerai est que même si vous prévoyez un arrêt au Cap Vert, achetez 100% de votre avitaillement non frais aux Canaries. Il n’y a vraiment pas grand chose au Cap Vert et ce que tu y trouveras est très cher. Le marché de Mindelo te permettra tout de même de faire le plein de fruits et légumes avant le grand départ.

Voici notre organisation pour l’avitaillement :

  • Nous avons commencé par faire le point sur ce que chacun aime ou n’aime pas.
  • Puis nous avons imaginé ensemble des plats simples à cuisiner et avons fait la liste en fonction de ces plats. Nous avions imaginés une vingtaine de recettes : pâtes au thon, saucisses (en bocal) lentilles, pâtes aux lardons, pommes de terre-oignons-chorizo, salade composée, riz aux épinards …
  • Nous avons ensuite listé les denrées de base : riz, pâte, semoule, farine, sucre, café, moutarde …
  • Puis les denrées pour cuisiner : boites de thon, de maïs, de sardines, sauce tomate, boites de légumes (épinard, petits pois, haricots…)
  • La liste des choses à grignoter : chips, gâteaux, fruits secs, berlingots de lait condensé sucré, fruits au sirop, barres céréales, barres chocolatées …
  • La liste des boîtes toutes prêtes : on dira ce que l’on voudra, c’est parfois bien pratique ! Petit salé aux lentilles, cassoulet, soupes (en sachet et briques)
  • Enfin la liste des ingrédients nécessaires à la réalisation de nos bocaux maison. Nous avions prévu d’en faire 12 : poulet coco, tambouille du capitaine (recette à venir sur le blog!), ratatouille, viande au naturel, potées de légumes… Pour ne pas s’embêter nous avions fait plusieurs fois le même plat.

 

Retour d’expérience : Nous avons compté un avitaillement pour un peu plus de 30 jours. Les bocaux maison ont été plus qu’un plaisir en mer. C’est simple, il suffit de faire une portion de riz, pâtes ou semoule et de faire chauffer le contenu du bocal. Tu verras c’est sans comparaison avec le reste ! Du bonheur à l’état pur que je te recommande vivement. Ne pas hésiter à mettre le paquet sur les denrées “grignote”, il est beaucoup plus facile de prendre un paquet de gâteau ou de chips quand on à faim que de se lancer dans la réalisation du pain par exemple.

Astuces :

  • n’oublie pas le chorizo : il se conserve très bien et est aussi bon cuit que cru.
  • Nous avions acheté le jambon cru coupé en gros cubes et mis sous vide pour une meilleure conservation.
  • Les céréales (muesli ou autre) sont un excellent petit déjeuner : rapide, facile et consistant.
  • Le pain à la poêle : selon nous il n’y a pas mieux en navigation ! (Attention la V2 du pain à la poêle arrive prochainement !! reste connecté !)

Généralement il te restera beaucoup de choses en arrivant, mais il vaut mieux prévoir large en cas de pépins. Nous avons été content d’avoir des denrées en rabe pendant quelques mois après être arrivés. La vie aux Antilles n’est pas donnée, donc avoir des pâtes et du riz d’avance ce n’est pas si mal !

Pharmacie

Point crucial à préparer bien à l’avance. Le mieux est de constituer cette pharmacie avec ton médecin en France. Il te conseillera en fonction des personnes à bord et te fera une ordonnance.

Nous avions déjà une belle pharmacie de bord que nous avions faites avec notre médecin au départ de notre voyage en avril 2016. Mais fin 2017 il était temps de la mettre à jour et de l’adapter. Étant aux Canaries, nous avons communiqué par mail avec notre médecin et complété la pharmacie sur place. Nous avons notamment ajouté pas mal d’antibiotiques en cas d’infection et d’anti-douleurs puissants en cas de grave blessure.  Certaines antibiotiques sont disponibles sans ordonnances en Espagne. Nous n’avons malheureusement pas pu nous munir du kit de suture, introuvable à Tenerife.

Retour d’expérience : Bien ranger et trier les médicaments et matériel de secours et les mettre dans un endroit stratégique. Il faut pouvoir attraper ce dont on a besoin rapidement. Pense qu’en mer, le bateau bouge tout le temps, il faut que ce soit facile.

Téléphone satellite

C’est un objet nécessaire pour certains, un gadget pour d’autres. Nous avons fait le choix de nous en procurer un pour la traversée. Personnellement cela me rassurait d’avoir un lien avec la terre et la possibilité de prendre régulièrement la météo.

Ne voulant pas investir dans un téléphone iridium, nous l’avons emprunté à un ami, puis nous lui avons renvoyé une fois arrivés sur place.

Il est aussi possible d’en louer un pour quelques semaines ou mois si tu ne veux pas investir trop d’argent. Attention tout de même, cela revient parfois au même prix, selon la durée de location. Le leader sur le marché de la location est Nauticom. Je voulais te mettre le lien, mais leur site semble être hors ligne. Ne connaissant pas les autres je te recommande de faire une recherche sur google et de comparer les offres. Si tu veux partager l’info en commentaire tu es le bienvenue !

Téléphone ou Iridium Go ? Pour nous la question ne s’est pas posé mais il semblerait que l’utilisation de l’Iridium Go soit bien plus pratique et adaptée à nos nouvelles façons de naviguer, à savoir avec la tablette et le téléphone. Il fonctionne comme un modem et il suffit de s’y connecter avec le smartphone pour récupérer la connexion et récupérer la météo par exemple.

Retour d’expérience : Nous avions un ami marin qui suivait notre périple au quotidien. Nous lui envoyions notre position GPS et lui nous renvoyait son avis sur la météo. A terre il avait accès à beaucoup plus de données que nous.

Nous téléchargions un grib météo une fois par jour.

Nous envoyions un mail régulièrement à un de nos proche pour donner des nouvelles et ce dernier se chargeait de le renvoyer à une liste d’email que nous lui avions procuré. Ce n’est pas obligatoire, mais cela fait plaisir aux proches et cela nous a fait très plaisir de recevoir des nouvelles de temps en temps.

Cross Gris-nez – Déclaration de traversée

Avant de partir pense à déclarer votre traversée au Cross de Gris-Nez. Ce sont eux qui reçoivent les messages d’alertes pour les français en mer, notamment quand on déclenche notre balise satellite.

Tu peux remplir la déclaration de traversée ici.

Bien sûr cela ne vous épargne pas de prendre toutes les précautions. L’avantage de faire cette déclaration est que si une alerte est déclenchée vous concernant (avec le numéro MMSI), ils savent exactement combien de personnes sont à bord, s’il y a des pathologies particulières, quelle était votre destinations, vos dates approximatives de traversée… Ce qui facilite grandement le processus de secours.

Retour d’expérience : Vu le peu de temps que cela prend, on aurait tort de s’en priver !

Grab-bag de secours

Si vous devez quitter le bateau en urgence, il est préférable d’avoir prévu un bidon étanche avec le nécessaire de survie à l’intérieur. Certes, le radeau de survie en est munie, mais il est difficile de savoir si ce qu’il y a dedans est encore valable, vu que ce n’est pas toi qui fais la révision. De plus il est assez succint. De notre côté nous en avions fait plusieurs :

  • Grab-Bag du bateau :
    • Couvertures de survies
    • Kit de pêche
    • Masque-Tubas
    • Antibiotiques, anxiolytiques et anti douleurs
    • Kit de premiers secours
    • Quelques denrées alimentaires non périssables
    • Feux de détresse
    • Corne de brume
    • Dessalinisateur à main
    • Bâtons fluorescents
    • Boussole
    • Miroir réfléchissant
    • VHF portable
    • Papiers du bateau, de l’équipage et cartes bancaires
    • Lampes torches étanches
    • Briquets / Allumettes (dans un ziploc hermétique)
    • Couteaux et couteaux multifonction
    • Piles (dans un ziploc hermétique)
    • Papiers et stylos (dans un ziploc hermétique)

  • Grab Bag équipiers
    Nous avions chacun notre sac étanche dans lequel nous avions préparé des effets personnels. Chacun le préparant selon ses besoins, voici tout de même quelques unes des choses que nous avions mises dedans :

    • Médicaments personnels
    • Une polaire
    • Un ou deux vêtements propres et étanche
    • Disque durs
    • Cigarettes (et oui quand on est fumeur on pense à sa drogue même en cas d’urgence !

Retour d’expérience : Nous ne nous en sommes pas servi, mais en cas de besoin, je pense que l’équipage est heureux d’avoir pris le temps de les préparer.

Listes et fiches d’urgence

En cas de pépins et d’appel aux secours, on se dit que l’on ne sera pas super sereins et zen à ce moment-là ! Du coup nous avons fait une fiche-mémo regroupant toutes les choses nécessaires ainsi qu’une fiche “Check-list” de ce qu’il faut faire et récupérer en cas de départ d’urgence.

  • Fiche mémo :
    • Licence Station du navire (MMSI – Indicatif d’appel – Immatriculation)
    • Numéro de l’assistance de nos assurances avec les n° de contrats
    • Numéros du CCMM (Centre de consultation Médicale Maritime) : +33 534 39 33 33
    • Numéro du Cross de Gris-Nez : +33 321 872 187
    • Détails des messages Sécurité / Pan Pan / Mayday
    • Alphabet international
  • Check-list urgence :
    • Grab-Bag
    • Eau
    • Téléphone satellite
    • VHF & GPS portable
    • Balise satellite
    • Livre de bord
    • Jumelles
    • Ordinateur de bord
    • Sceau
    • Bout
    • Cartes papiers

Retour d’expérience : Toujours utile sur la table à carte, même en navigation côtière. Je te recommande de les faire plastifier pour qu’elles durent plus longtemps. Et cela fait un excellent dessous de bureau !

Plans d’actions

Pense à toutes les éventualités et mets-les au clair avec l’ensemble de l’équipage.

Tout d’abord tout le monde à bord doit savoir où se trouve les vannes, l’arrêt d’urgence du moteur, la balise de secours, la pharmacie de bord, allumer le moteur, utiliser la VHF…

Notre truc : on part du principe que si Lucas et moi tombons à l’eau nos équipiers doivent être en mesure d’agir. Pour cela ils doivent connaître le bateau. Même quand on embarque des équipiers expérimentés, il ne faut pas oublier que chaque bateau à ses “petits trucs à savoir”. Notre recommandation est de passer du temps avant le départ pour bien voir ensemble les différents éléments de sécurité.

En plus de cela nous avions élaboré des plans d’actions. Sorte de “réunion” pré traversée où l’on fait le point et où chacun sait ce qu’il doit faire dans différents cas de figures :

  • Evacuations
  • Panne électrique complète
  • Panne de l’électronique de bord
  • Orage/foudre
  • safran défaillant

Retour d’expérience : cela s’est avéré utile à plusieurs reprise. Pas besoin d’imaginer le pire, mais un équipage bien préparé c’est mieux !

Vérifications

N’oublie-pas de faire le point sur tous les éléments essentiels du bateau : révision moteur, vérification des voiles, des enrouleurs, des winchs, des bouts, du gréement …

Une ou deux petites sorties en mer avant le départ permettent de bien vérifier que tout fonctionne.

Retour d’expérience : Nous n’avions pas fait de vérifications particulière avant notre départ du Cap Vert. Alors que nous nous étions pris 36h de force 8 avec des passages à force 9 dans les dents et le bateau avait bien morflé. Notamment l’axe du pilote automatique qui nous a rapidement lâché après le départ du Capt Vert.

Occupations

On arrive enfin sur quelque chose de vachement sympa ! Qu’est ce que nous avions prévus pour nous occuper durant 19 jours en mer ?!

Evidemment on ne passe pas à côté de la lecture : un grand classique indémodable ! Si tu es bibliovore je te recommande la tablette de lecture. Honnêtement, j’aime la lecture et l’objet que représente le livre : son odeur, ce qu’il évoque chez moi etc.. Mais très franchement la tablette de lecture m’a permis d’emporter toute une bibliothèque avec moi ! Tu croiseras de plus en plus de gens qui en sont équipé et avec qui tu pourras partager ta … bibliothèques ! Et oui au XXIème siècle on ne s’échange plus des livres, mais carrément des librairies !! Derniers points forts : elle ne se décharge quasiment pas : plusieurs semaines (voire plus) de lectures devant toi, on peut lire aussi bien en plein soleil qu’en pleine nuit sans avoir besoin de lampe (ecran rétroéclairé).

Lucas quant à lui est un adepte du livre audio en mer. Pas un grand lecteur à la base, il a “lu” beaucoup de livres de cette façon.

Nous partagions une tablette remplie de films, documentaires et séries et avions chargé différentes cartes mémoires. La tablette à l’avantage de se recharger en 12v et a une bonne autonomie.

Sur nos téléphones respectifs nous avions bien entendu de la musique !

L’occupation que j’adore en mer et qui m’occupe des heures sans que je vois le temps passer : le podcast. Franchement il n’y a pas mieux. Tous les types de podcast existent : scientifique, culturel, entrepreneurial, humoristiques, émissions radio… Il y en a vraiment pour tous le goûts.

Pour écouter un podcast sur mobile.

Mon app préférée : Podcast Addict. Je la trouve très bien et l’on peut télécharger autant de podcast que l’on veut.

Pour finir nous avions prévu quelques jeux de sociétés. Cela dit nous avons principalement joué aux cartes.

Bonus :

Nous nous sommes vraiment amusés pendant des heures en jouant au Yaniv : un jeu de carte incontournable. Je te suggère vraiment d’apprendre à y jouer. Fous-rires garantis !

L’intégrale de Kaamlot m’a fait passer d’excellents moments.

Mes podcast favoris : Affaires sensibles (France Inter), la tête au carré (France inter), Culture Monde (France culture), le temps d’un bivouac (France Inter), Les podcast de Michael de Traverser la frontière, Du grain à moudre (France culture)… Je ferai un article dédiée aux podcast prochainement. En attendant, n’hésites pas à me proposer les podcast que tu aimes bien en commentaire !

Conclusion :

La traversée de l’Atlantique est réputée “facile”. Il suffit de suivre les alizées pour arriver à bon port. C’est en partie vrai. Mais il n’en reste pas moins que l’Océan dicte ses lois, que nous ne sommes pas à l’abris de pannes, de dysfonctionnements ou d’accidents. Même équipé d’un téléphone satellite, les secours peuvent mettre plusieurs jours à arriver, il faut donc être autonome à 100%.

A part cela, préparer le départ avec nos équipiers fut quelques semaines de pur bonheur et la traversée, une des plus belles expériences de notre vie ! Malgré la panne d’instruments de bord et de pilote, c’était une expérience inoubliable. Profites-en à fond !

J’attends tes commentaires avec tes trucs et astuces pour un départ Transatlantique au top !