Bon attention hein, je ne suis pas en train d’écrire la bible du digital nomade. D’autant que s’il y a bien un domaine où chacun crée ses propres règles, c’est bien celui du nomadisme digital !

Mais tout de même, il y a certaines choses qui reviennent souvent, chez beaucoup de membres de la communauté. Alors autant te les partager ici !

J’ai répertorié les dix piliers du nomadisme digital. Oui, ça fait beaucoup pour soutenir un voyageur-entrepreneur, mais il faut dire que le challenge est de taille !

L’idée ici est de te livrer les 10 briques qui constitueront les fondations de ton nouveau mode de vie, les 10 “digital nomad conseils”.

Voici donc sans plus attendre, 10 “règles” à lire et à concocter à ta sauce pour un projet nomade digital réussi.

1 – Planification

Le nomadisme donne cette image d’insouciance. De pouvoir faire ce que l’on veut, quand on veut et où l’on veut. C’est en parti vrai. Si demain, tu décides de prendre un billet d’avion pour t’envoler vers l’Asie, l’Australie ou l’Amérique, qui t’en empêche ? Le digital nomad emporte son travail partout avec lui. La liberté géographique est un des piliers de notre mode de vie.

Pourtant, je recommande un minimum de planification.

Rappelle-toi qu’il ne faut pas confondre nomadisme et vacance. Si vu de l’extérieur le nomade est une espèce de hippie cool toujours en vadrouille et en vacance, la réalité est tout autre : tu es un entrepreneur qui travaille hors de son pays, dans des conditions parfois compliquées (manque de wifi, manque de confort, ordinateur cassé et pas de possibilité d’en racheter un…).

Programmer les quelques mois à venir te permettra de rester serein et de pouvoir faire face aux déconvenues classiques lorsque l’on est loin de son pays.

 

2 – Slow travel

Directement lié au premier point, celui-ci est selon moi LA solution pour nomader agréablement et sur le long terme. Une erreur de beaucoup de nomades digitaux au début est de prévoir beaucoup de destinations, changer de pays ou de ville régulièrement.

Pourquoi est-ce une erreur ? Le nomadisme digital est un mode de vie qui comporte trois risques qui peuvent être facilement évités en adoptant le “slow travel lifestyle”.

Epuisement physique

Epuisement émotionnel

Désorganisation et improductivité dans ton entreprise

En plus de tout cela, je trouve que c’est une façon très agréable de vivre. Tu prends le temps de découvrir un lieu. Tu rencontres les locaux, tu as tes petites habitudes chez les commerçants, tu as le temps d’apprendre la langue… Et tu deviens un peu du coin. C’est vraiment autre chose de vivre dans un lieu qui n’est pas ta maison, mais où tu n’es pas considéré comme un touriste !

3 – Minimalisme

C’est parfois un peu compliqué au départ : quel pull emmener, combien de paires de chaussettes, se débarrasser de tout ce que l’on n’emmène pas. Nous y avons passé des semaines et avons refait le tri plusieurs fois durant le voyage jusqu’à arriver au minimum !

Si c’est un peu déconcertant au départ, je dois te dire que nous ne pourrions revenir en arrière. Connais-tu l’expression Less Is More (moins c’est plus) ? Le minimalisme, c’est exactement cela. Moins de choses matérielles viennent encombrer ton esprit, moins de tracas en voyage, plus de légèreté dans tous les sens du terme ! Le minimalisme, c’est aussi moins consommer donc faire des économies et consommer plus responsable.

Bref un précepte à adopter sans modération.

[ À lire aussi : Le minimalisme, l’art de vivre léger ]

 

4 – Economies

Justement, en parlant d’économie, voilà un autre pilier de la vie de nomade digital. La vie de freelance et d’entrepreneur est faite de haut et de bas. Certains clients vont te lâcher en chemin, certains investissements n’auront pas les résultats escomptés ou encore, tu seras parfois dans l’attente interminable d’un paiement.

Quand on est loin de ses proches, dans un pays étranger, il est bien sûr indispensable d’avoir quelques économies. Mais j’irai plus loin que cela : avoir deux ou trois mois d’avance te permettra de ne pas couper court à ton aventure. Il y a des moments dans la vie d’un freelance ou d’un entrepreneur (surtout au début), où on n’a pas une vision à plus de quelques semaines. Aucun contrat, aucune vente à l’horizon… Si tu as trois mois d’avance, c’est la garantie de la sérénité !

5 – Formation

Et comme l’on vient de parler d’activité professionnelle, j’enchaîne sur la notion de formation. Indispensable pour tout entrepreneur / freelance. Se maintenir à jour et développer de nouvelles compétences sont très importants pour plusieurs raisons :

La concurrence est rude ! Même s’il y a de la place pour tout le monde, savoir se démarquer, notamment en étant à la pointe de ton activité est plutôt une bonne stratégie.

Le monde du digital bouge à une vitesse folle.

Entrepreneuriat rime avec curiosité et soif d’apprentissage. (si si ça rime !!)

Pour autant, il n’est pas nécessaire de se jeter sur toutes les formations à la mode. Mais rester en veille, investir de temps en temps dans un bon bouquin ou une formation te permettra de rester dans la course. Tu es à présent seul maître à bord de ton avenir professionnel, bichonne-le.

[ À lire aussi : Comment faire son choix dans la jungle des formations en ligne ? | Guide pratique de la formation ]

6 – Netlinking

Continuons dans la thématique professionnelle en parlant de réseau. Parfois la bête noire des entrepreneurs, car ils ne savent pas vraiment par où commencer, réseauter est pourtant très important. Encore plus quand on est nomade. En effet, tu seras loin des évènements (qui ont lieu dans les grandes villes occidentales), loin des autres entrepreneurs. Et pourtant le réseau est souvent la première source de nouveaux prospects, d’opportunités et d’idées entrepreneuriales en tout genre.

Si le freelance travaille seul derrière son ordinateur, nous avons en fait beaucoup de collègues et de relations super chouettes qui te boostent au quotidien.

Entre donc dans la communauté digital nomad et entrepreneuriale !

7 – Personnal branding – Marketing Digital – Stratégie de communication

Ah un autre pilier indispensable que j’adore ! Oui, en même temps, c’est là-dedans que je travaille, alors je ne pourrais pas vraiment dire le contraire. Mais en somme, pourquoi le marketing digital fait parti des 10 préceptes du nomade digital ?

Parce que tu auras beau être le plus fort, le plus compétent, le plus doué, si personne ne te connaît, tu n’auras pas de client. Pas de client, pas de vente. Pas de vente, pas d’argent. Pas d’argent, retour à la case départ en métropole.

Exactement comme pour le réseau professionnel, avoir quelques bases du marketing et de la communication digitale te permettra de trouver ta clientèle, Enfin, plus exactement, cela permettra qu’elle te trouve ! Nous parlions de formation un peu plus haut, et bien envisager quelques lectures sur le sujet est tout à fait recommandé !

 

8 – Equipement professionnel

Je ne saurais aborder un tel sujet sans te parler de ton équipement de travail. Il parait que c’est aux bons outils que l’on reconnaît les bons artisans. Je dirai plutôt que les bons outils te permettent de travailler sereinement et efficacement !

Alors comment choisir ton matériel ? Il faudrait tout un article pour en parler (promis je le ferai, c’est dans ma liste), mais tout de même, je ne voulais pas te laisser sans quelques conseils. Cela fait parti du quotidien et avoir du mauvais matériel te fait perdre du temps et te fait bouillir le sang (oui encore une fois, c’est du vécu!). Alors avant de partir, équipe toi un minimum. On ne trouve pas tout quand on est à l’étranger.

Pour faire ton choix, pense : minimaliste et nomade (on s’en serait douté !). C’est-à-dire : du matériel léger, qui tient la charge, un minimum robuste et un minimum de puissance pour être à l’aise. Par exemple, pour l’ordinateur, j’ai fait le choix d’un Chromebook : petit, léger, plus de 10 h d’autonomie, se recharge en 12 volt (prise allume cigare), se transforme en tablette…

Bref, tu vois le genre. Encore un point à ne pas négliger 😉

 

9 – L’échec

Certainement que là, tu te dis que j’ai une case qui a sautée : en quoi l’échec ferait partie des 10 règles d’or du nomade digital ?!!

C’est en fait qu’il ne faut pas en avoir peur. Il faut l’apprivoiser et en faire un allié de choix. Petit instant philosophique certes, mais je voudrais te transmettre l’idée que l’échec fait partie de la vie de l’entrepreneur. Faire des erreurs, se tromper et échouer est en fait bénéfique. Et tu sais pourquoi ? Parce que tu apprends. On en revient au précepte numéro 5 : la formation 😉 L’échec est positif si tu arrives à en tirer des conclusions, des enseignements. Au bout du compte, tu sais ce qui ne fonctionne pas et pourquoi. Ainsi, tu es capable de mettre de nouvelles stratégies en place. Donc oui, les erreurs, les galères, les murs dans la gu***les c’est un truc à adopter aussi !

 

10 – L’espace de bien être

Décidément, cette fin d’article vire carrément “discours de gourou” ! Si tu es encore là, je te propose de rester jusqu’à la fin. Promis, toutes les cases de mon cerveau sont bien en place ! Alors qu’est-ce que je veux dire par là ? Quand on est entrepreneur et sédentaire, il est fortement recommandé de se créer un espace de travail confortable. Un lieu où l’on se sent bien, qui laisse parler la créativité et tout et tout. Je ne m’étale pas sur le sujet, le nomade digital n’a tout simplement pas la possibilité de créer un tel espace. Pourtant, c’est tout aussi important pour nous que n’importe quel freelance ou entrepreneur.

Se sentir bien quand tu travailles est indispensable, alors voici quelques conseils pour te sentir comme à la maison partout dans le monde.

Ton espace de travail virtuel : prends le temps de l’installer aux petits oignons. Cela peut paraître bête dit comme ça, mais ton ordinateur et ton smartphone sont ton atelier. Bichonne-le, refait la déco, bref installe-toi virtuellement.

Ton espace de travail IRL (In Real Life) : pas toujours évident de trouver un café ou un coworking. Quand tu arrives dans un nouveau lieu, prends un peu de temps pour te familiariser et trouver ton “bureau”. Durant ces quelques jours, ne prévois rien de “fou” niveau business, juste le minimum. Le temps de tester et de te mettre à l’aise.

Conclusion

 

Devenir digital nomad, c’est un projet de vie. Un changement radical, un virage à 180 degrés. Certains revoient “simplement” leur façon de travailler en dématérialisant leurs compétences ou en proposant à leur patron de travailler en remote. D’autres repartent complètement à zéro en changeant de métier. Quel que soit ton positionnement, attends-toi à un beau chamboulement dans ta vie !

Tout va devenir exotique, différent, nouveau. Bon, tu me diras, c’est ce que l’on cherche quand on se projette dans la vie nomade. Mais même si c’est le panard de se sentir libre, je pense qu’il est indispensable de se structurer pour pouvoir le rester. Le mode freestyle ne fonctionne pas sur le long terme (en tout cas, c’est mon avis !).

J’espère que ces 10 principes te seront utiles pour construire ta vie de digital nomad.

Dis-moi en commentaire ce que tu en penses. As-tu d’autres règles d’or ?

Découvre les Sagas de la NomadLetter

Comment entreprendre en douceur à son rythme, sans dépenser des milliers d’euros en formation et sans se laisser avoir par les formules miracles pour développer son business ?
+ Pleins de choses trop chouettes pour entreprendre !
+ La formation "les 4 étapes fondamentales pour entreprendre" offerte