Choisir un statut officiel pour son activité de freelance ou d’entrepreneur est un passage obligatoire, mais souvent un peu angoissant. En fait, je discute souvent avec de nouveaux nomades, prêt à se lancer et j’ai remarqué que cela bloquait souvent à cette étape. Oui, monter son entreprise, c’est quand même un gros morceau, ça rend les choses officielles et on se demande bien à quelle sauce on va être mangé. Cotisation, impôts, Accre, TVA, comptabilité, tous ces mots peuvent faire peur ! Dans cet article, je t’explique pourquoi j’ai choisi le statut d’auto-entrepreneur, quels sont les avantages et comment faire pour te lancer simplement à ton tour.

Les différents statut de l’indépendant

Plusieurs choix s’offrent à toi pour devenir un travailleur indépendant. Avant de te donner plus de détails sur la micro-entreprise, je vais te parler brièvement des autres possibilités. En effet, même si ce dernier est idéal pour se lancer, il se peut que ton profil et ton projet soient plus adaptés à une autre forme juridique de l’entreprise. Prends bien le temps d’éplucher tout cela avant toute chose.

  • Entreprise Individuelle
  • Micro-entreprise
  • EIRL (Entreprise Individuelle à responsabilité Limité)
  • EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limité)
  • SASU (Société par Action Simplifiée Unipersonnelle)
  • Portage salarial

Tu trouveras ici un tableau comparatif des différents statuts, tu pourras ainsi te faire une idée plus précise. Pour résumer, les autres formes d’entreprises sont moins contraignantes en termes de chiffre d’affaires et proposent généralement une couverture sociale plus importante qu’en micro-entreprise. En revanche, ces statuts juridiques demandent une comptabilité plus complexe et un investissement de départ pour certains. D’une manière générale et relativement simplifiée, je dirais que si ton projet est déjà bien avancé et que tu sais que ton CA sera supérieur à 70 000 € (prestation de services) ou 170 000 € (vente), dès la première année, l’idéal sera de choisir un autre statut que celui du micro-entrepreneur.

Auto-entrepreneur / micro-entrepreneur, quelle différence ?

Aucune ! Voilà, chapitre suivant ! 😁

Haha non, je vais quand même te donner des précisions ! Jusqu’en 2016 (si je ne me trompe pas), le statut s’appelait officiellement “auto-entreprise”, le nom a changé pour devenir “micro-entreprise”. Mais à part cela rien n’a changé (enfin, il y a eu des évolutions, mais le principe est resté le même.)

On utilise donc les deux termes sans distinctions.

digital-nomade-auto-entrepreneur

 

Pourquoi choisir la micro-entreprise ?

Être auto-entrepreneur c’est bien :

  • Si tu débutes tout juste dans le monde du freelancing et de l’entrepreneuriat,
  • Si ton activité est à peine lancée (voire pas encore),
  • Si tu as besoin de voir si ce mode de vie peut te correspondre
  • Si tu veux prendre le temps de travailler sur ta stratégie jusqu’à atteindre ton chiffre d’affaires idéal
  • Si tu n’as pas vraiment d’argent à investir.

 

Les avantages de la micro-entreprise

  • Les obligations comptables sont réduites et très simples :
    • Tenir un journal détaillant les recettes et les factures émises
    • Garder un suivi des achats et archivage des justificatifs si tu fais de l’achat-vente
    • Pas de bilan comptable ou autre comptes de résultat à fournir
    • Le journal de recette ne te seras pas demandé sauf en cas de contrôle.
  • Tu es en franchise de TVA jusqu’à atteindre le premier seuil de chiffre d’affaires, c’est-à-dire 33 200 € en prestation de services et 82 800 € en achat-vente.
    Qu’est-ce que cela veut dire ?
    • Normalement, tous les entrepreneurs récoltent la TVA sur tous les biens et services qu’ils vendent. Ils ajoutent donc (généralement) 20 % au prix et reversent ensuite cette somme à l’Etat. Les avantages d’être en franchise de TVA :
    • De la paperasse en moins !
    • Des prix plus compétitifs
  • Le règlement des cotisations est très simple : tous les trimestres (ou une fois par mois au choix), il suffit de déclarer le montant du chiffre d’affaires sur la plateforme de l’Urssaf et de payer directement en ligne.

     

  • Tu peux opter pour le versement libératoire sur l’impôt sur le revenu.
    Cela signifie que tu règles ton impôt sur le revenu tout au long de l’année en fonction de l’encaissement de ton CA (au taux de 2,2 % généralement pour les freelances du web). Ainsi tu n’as plus qu’une petite case à cocher sur ta déclaration de revenus pour indiquer que c’est déjà réglé !

digital-nomade-auto-entrepreneur

 

Les choses à savoir

Bien qu’il y ait beaucoup d’avantages, il faut tout de même savoir deux ou trois choses importantes :

  • La micro-entreprise n’est vraiment pas adaptée à une entreprise qui a une croissance forte et rapide.
  • Si le deuxième seuil de CA est dépassé, le micro-entrepreneur passe automatiquement en Entreprise Individuelle (EI), et avec elle tout ce que cela comporte niveau fiscalité et charges sociales.
  • Passé 24 mois consécutifs sans encaissement de CA, entraînera automatiquement la radiation de la micro-entreprise.
  • Tu dois faire une déclaration, même si tu n’encaisses pas de chiffre d’affaires
  • Tu devras encaisser la TVA à partir du 2ème seuil de CA. Pour cela, il faudra demander ton numéro de TVA sur le site des impôts en ouvrant un compte professionnel et faire une déclaration puis paiement de la TVA.
  • Le micro-entrepreneur est pleinement responsable. C’est-à-dire que ses biens peuvent être saisis en cas de redressement judiciaire par exemple. Quand on est nomade, souvent ce n’est pas un problème, à part un sac à dos et un ordinateur on n’a pas grand chose ! Mais si tu es propriétaire d’un bien immobilier par exemple, tu n’as aucune façon de le protéger vis-à-vis de ton entreprise (il faudra opter pour un autre statut, la SASU par exemple)
  • L’auto-entrepreneur doit s’acquitter de la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises), même s’il n’exerce pas dans un local, ni même à domicile, comme nous les nomades. Cette taxe dépend de deux choses :
    • Du montant du CA
    • De la zone où est domiciliée l’entreprise
      Comment ça marche ? A l’ouverture de ton auto-entreprise, penses à ouvrir ton compte professionnel sur le site des impôts. Tu recevras simplement un appel à cotisation en te demandant quelques détails pour te facturer le bon montant de la taxe.

digital-nomade-auto-entrepreneur

 

Comment devenir micro-entrepreneur

Encore une fois, c’est très simple. Pas besoin de constituer son entreprise en remplissant un tas de formulaires ni de payer des frais d’immatriculation. Le dossier se fait en quelques minutes et tu recevras ton numéro de SIRET quelques jours plus tard. Tu peux commencer à travailler à la date que tu as déclaré sur la déclaration d’ouverture, pas besoin d’attendre le numéro de SIRET.

  • La première chose à faire est de se rendre sur le site de l’auto-entrepreneur de l’Urssaf.
    • Clique sur “Créer mon auto entreprise”
    • Tu vas être redirigé sur une nouvelle page où tu commenceras ta déclaration. Il suffit de suivre simplement les instructions et remplir les cases.
      Un petit indice si tu te lances en tant que freelance sur le web (création de site, rédacteur, traducteur, développeur…), le domaine d’activité est : INTERNET (facile !). Tu n’as plus qu’à choisir ton activité précise dans la liste suivante.
    • Bon à savoir : le site comporte beaucoup d’informations intéressante sur le statut, n’hésite pas à les consulter
  • L’ACCRE : L’Aide au Chômeur Créateur ou Repreneur d’Entreprise. A partir du 1er janvier 2019, cette aide sera accordée à tous les entrepreneurs qui s’immatriculent. Elle permet de bénéficier d’un taux réduit des cotisations pendant trois ans. Le mieux est donc d’attendre janvier pour se lancer officiellement ! L’ACCRE portera alors le nom de “Exonération de Début d’Activité”

     

  • Ouvrir un compte bancaire
    La loi nous oblige à avoir un compte bancaire distinct du compte personnel. Une fois ton numéro de SIRET en main, il te faudra donc ouvrir un compte en banque.
    Mais attention ! Il est nullement obligatoire d’ouvrir un compte professionnel (souvent cher et très contraignant). L’ouverture d’un simple compte à ton nom suffit. Moi, j’ai opté pour un compte spécial auto-entrepreneur à prix tout doux. Si tu souhaites que je te parraine, envoie-moi un mail 😉
  • L’assurance professionnelle n’est pas obligatoire, sauf pour certaines activités réglementées. Mais je te rassure, les activités sur le web, n’en font pas partie !
  • Tous les trois mois, pense à aller sur le site de l’Urssaf pour déclarer tes revenus (ou tes non-revenus).

     

  • Pense à bien noter chaque entrée et sortie d’argent sur un fichier excel.

Conclusion :

J’espère sincèrement avoir levé le voile sur cette question souvent obscure au début. C’est un premier pas qui peut impressionner et on ne comprend pas toujours tout au départ ! Mais je te rassure, il n’y a vraiment rien de très méchant. C’est une simple formalité et un peu de rigueur (vraiment pas beaucoup) pour entrer dans le monde merveilleux du freelancing et de l’entrepreneuriat !

Si tu as encore des questions, n’hésite surtout pas en commentaire ! Et toi, tu vas opter pour quel statut ?