Un jeune nomade, tranquille et détendu au business florissant

Pour l’interview en Podcast c’est juste après l’intro ⬇ 😁

J’ai croisé Romain sur un groupe de Digital Nomad sur Facebook il y a presque un an. Il m’avait contacté pour répondre à quelques-une de ses questions concernant notre profil de nomade. Nous avons gardé contact depuis. J’aime bien le profil de Romain.

Il est jeune et malgré une activité qui tourne à plein régime, il est super détendu.

Nous avions beaucoup échangé sur la thématique du Dropshipping. A l’époque, je me demandais si je n’allais pas moi aussi me lancer dans cette folle aventure (j’ai finalement renoncé !). Pour la première interview sur No-Mad Life, j’ai décidé de le mettre à l’honneur.

Son parcours est franchement inspirant et son approche du Dropshipping complètement différente de ce que l’on voit habituellement.

Objectif digital nomad avant même de commencer ses études

Alors qu’il est encore étudiant, il se lance dans une première aventure en e-commerce. Un camarade de classe lui fait découvrir l’affiliation. De fil en aiguille, il découvre le dropshipping. Au bout de quelques mois, son activité est en plein essor. Alors qu’il lui reste encore 6 mois pour terminer ses études et obtenir son diplôme, il décide d’arrêter et de se consacrer pleinement à son activité de dropshipping !

De toutes façons, avant même de commencer ses études, Romain avait dans l’idée de devenir digital Nomad. Il passe alors 6 mois à développer ardemment son activité.

Ses ambitions nomades peuvent enfin voir le jour. Il prend un vol pour la Malaisie où il restera 3 mois. Une première expérience digital Nomad convaincante, bien que certaines choses sont encore à revoir niveau organisation et productivité.

Côté nomadisme, Romain a un peu tout testé. Le backpack, le Airbnb et le coliving. Travailler depuis chez soi, ou encore depuis un café ou un espace de coworking. Il y a eu des sessions de voyage intensifs où chaque semaine le portait vers un lieu différent puis des sessions beaucoup plus longues, où il est resté plusieurs mois au même endroit.

Voyager régulièrement et vivre en backpack c’est super, le voyage à l’état pur. Mais avec ce genre de nomadisme, impossible d’être productif sur son activité. Les quelques semaines qu’il a passées à voyager de la sorte, il n’a presque pas ouvert son ordinateur. En effet, chaque semaine, il fallait se réadapter, trouver un logement, rechercher une connexion et un lieu pour travailler. Sans compter que comme il n’avait que peu de temps sur place, il avait une folle envie de visiter et de profiter.

Bref finalement, il s’est rendu compte que nomader comme cela ressemble plus à des vacances et a donc finalement décidé de ne faire comme cela que lorsque il est en mode off.

Romain nous parle également de son expérience en Airbnb. Confortable, mais là aussi, difficile pour lui de rester productif. Vivre et travailler au même endroit ne lui conviennent pas. En fait, il trouve toujours quelque chose de mieux à faire que de travailler lorsqu’il est chez lui.

Sa dernière expérience à Bali l’a mené dans un coliving. Sorte de colocation composée de plusieurs digital Nomad et d’un espace de coworking au centre de l’habitation. Tout le monde a le même rythme et c’est en plus idéal pour rencontrer d’autres digital Nomad et cultiver son réseau professionnel.

Si ce n’est pas la façon la moins chère de s’installer à Bali, romain a été totalement convaincu par cette expérience riche en rencontres en échange et en apprentissage.

Le dropshipping en toute transparence

Romain nous a également parlé en toute transparence de son activité de dropshipper. L’image que renvoie cette thématique et parfois très négative. Certains disent que le dropshipping est une sorte d’arnaque.

Le principe : créer un site web de e-commerce et marketer des produits de fournisseurs. Une fois la vente effectuée le dropshipper n’as plus qu’à commander le produit auprès du fournisseur qui enverra directement le produit au client final. Pas de stock et peu de risques financiers pour cette activité donc.

Romain nous explique que ce principe a mené certaines personnes à promettre monts et merveilles à travers des formations hors de prix. Finalement, ces formations se sont avérées peu rentables, car les dropshipper derrière ces formations avait quelque peu oublié le côté éthique et les valeurs que tout commerce devrait porter.

Le drop en soi, existe depuis longtemps et n’a rien de mauvais. On peut faire du drop de bonnes qualités. Il faut aborder cela comme tout business : avec éthique et responsabilité.

Lui, travaille beaucoup sur la qualité des produits, c’est un des piliers et c’est ce qui fait qu’il est toujours en place et prospère depuis 2016.

Alors comment se former au dropshipping ?

Romain s’est formé tout seul. En suivant notamment les leaders de cette activité aux États-Unis. Mais ça, c’était déjà il y a quelques années quand le dropshipping n’était pas saturé. Aujourd’hui, il est vrai qu’il est préférable de suivre une formation. Mais attention au choix de son formateur !

Justement, je me suis demandé s’il était encore possible de réussir en dropshipping en 2019 ?

La réponse de Romain est partagée. Si le dropshipping (surtout, s’il est fait avec éthique), a encore un bel avenir devant lui, il est vrai que le marché français et quelque peu saturé et que pour réussir, il faudra vraiment travailler à se démarquer par rapport à la concurrence. Que ce soit d’un point de vue technique ou commercial. Quant à lui, il se développe de plus en plus sur les autres pays européens.

Que peut-on retenir de l’expérience de Romain ?

📌 Ne pas hésiter à prendre le temps de créer et développer son business avant de partir à l’étranger. c’est une façon de partir l’esprit libre sans se tracasser de problème financier.

📌 Prendre le temps de rester sur place assez longtemps pour créer une routine et ne pas être perturbé par des déplacements réguliers qui demande beaucoup d’énergie et d’organisation. Bref bouger tout le temps et finalement presque contre-productif.

📌 Le dropshipping est une activité intéressante et à fort potentiel. Mais elle demande beaucoup d’attention, notamment dans le choix de la qualité des produits.

📌 Se démarquer en e-commerce aujourd’hui est indispensable pour réussir.

Culture Digital Nomad – Les recommandations de Romain

📚 Start with why de Simon Sinek (ou Commencer par le pourquoi – en français)

Un livre “coup de poing” qui l’a totalement chamboulé quelques temps avant son aventure digital nomad. Une vision totalement différente de ce qu’il connaissait avant et qu’il conserve à présent. Une autre façon de voir le monde et d’aborder son business

🎥 Il y a aussi la conférence par ici !

📚 Flow de Mihaly Csikszentmihaly (ou Vivre : la psychologie du bonheur – en français)

Un deuxième livre “coup de poing” qui développe le “comment conserver sa passion dans tout ce que l’on entreprend”. Une véritable révélation tant d’un point de vu pro que perso.

🎥 Il y a aussi la conférence par ici !